Mons 2018

On ne comprend plus très bien ce qu’il se passe à Mons à l’approche des élections communales.

Elio di Rupo (PS) se retire
Elio di Rupo est un personnage que les citoyens aimeraient voir disparaitre de la vie politique. Cependant il reste accroché comme une sangsue. Que ce soit au maïorat de Mons qu’à la présidence du PS où il est décrié. L’heure de Magnette n’a pas encore sonné. A Mons il est toujours bourgmestre mais il ne sera pas tête de liste, c’est son dauphin Nicolas Martin qui a été désigné.

Nicolas Martin : du FDF au PS
D’abord président des jeunes FDF en 1998, Nicolas Martin a certainement compris que s’il voulait voir grand il devrait certainement changer la couleur de sa carte de parti. C’est ainsi qu’il rejoint le PS en 2000. Il travaillera dans différents cabinets ministériels avant de devenir échevin.

Le clientélisme de Di Rupo
Les élections approchent et Di Rupo place ses amis : nomination de la directrice Anne-Sophie Charle au poste de directrice-adjointe de la ville de Mons. Cette dame a été cheffe de cabinet de Elio Di Rupo et secrétaire générale de Mons 2015 (projet foiré) devenu Mons 2025. Sa nomination a été contestée lors du dernier conseil communal à Mons. Mais lisez plutôt cet article du GERFA qui est très instructif !

Retour de Pascal Lafosse (PS) malgré un scandale
L’ex-échevin PS Pascal Lafosse avait dû quitter le collège en décembre 2017 suite à un scandale concernant une asbl utilisée à des fins politiques. Six mois plus tard il annonce qu’il sera candidat sur les listes du PS à Mons !

Opaline Meunier : de la société civile au cdh
Opaline Meunier a été candidate en 2012 à Estinnes, sur une liste apparentée au cdh. Ce n’est qu’en 2017 que l’ancienne présidente de l’Unecof décide de rejoindre officiellement le cdh, en échange d’un petit boulot (déléguée générale à la société civile). Comme il est bien triste de voir tous ces membres de la société civile se salir en prenant la carte d’un parti (moi je résiste). Le plus triste c’est que son séjour au cdh ne durera que quelques mois. En effet, en janvier 2018 elle annoncera qu’elle ne présentera pas sur la « liste cdh » à Mons pour les communales mais la « liste d’ouverture » Mons en Mieux. Elle perdra ce qu’elle a obtenu du cdh. En prenant ce risque, elle a mis à mal sa carrière politique. Et si elle avait été piégée par Georges-Louis Bouchez alias GLB (MR) ?

Mons en Mieux et GLB
Mons en Mieux est la liste lancée par le trublion du MR montois, GLB. Parmi les administrateurs de cette asbl on trouve un ancien cdh qui a rejoint le MR et un MR qui fut accusé de délit d’initié. GLB a perdu son mandat de député parce que Galant l’a récupéré après avoir dû démissionné du gouvernement fédéral. Il recevra en échange de cette perte un petit boulot au MR. Il défiera Jacqueline Galant pour la présidence MR de Mons, qu’il n’obtiendra pas. N’oublions pas que GLB a été échevin avec Elio di Rupo pendant presque 4 années sur les 6 d’une législature, même si partiellement empêché. GLB se souviendra longtemps de cette année 2016.

La liste « Mons en Mieux » se dit pluraliste et rassembleuse et a pour objectif de mettre fin à l’hégémonie du PS à Mons. Un beau programme quoi. Il parviendra à attirer la cdh Opaline Meunier mais aussi d’autres noms comme l’écologiste François Colette, Marc Vandercammen, le docteur David Bouillon, une ancienne échevine MR, etc.

Le cdh et sa fausse liste citoyenne Agora Mons
Depuis le débranchement de la prise par Lutgen, qui a montré l’étendue de son talent de stratège politique, c’est la crise au cdh, aussi bien à Bruxelles qu’en Wallonie. Les sondages ne sont pas du tout favorables. C’est la raison pour laquelle, paniquées, plusieurs listes cdh se présenteront derrière l’étiquette de « liste citoyenne » pour cacher le nom cdh. Ils cherchent désespérément à rallier des personnes de la société civile pour nettoyer leur réputation. C’est le cas à Mons comme nous vous l’expliquions ici.

John Joos
John Joos a été élu sur une « liste citoyenne » qui s’appelle tout simplement CITOYEN en 2012 à Mons. Il vient de la société civile. En 2014, il est « candidat d’ouverture » sur la liste CDH. Un candidat d’ouverture est une personne qu’on utilise sur les listes pour attirer des voix en échange de quelque chose. Il obtiendra en échange un petit boulot lui aussi au cabinet Di Antonio de 2014 à 2017 (Collaborateur – Relais Mandataire et citoyen – 1/2 temps) !

Et maintenant en 2018 il veut rejoindre le PS. Officialisé le 25/05/2018. C’est ce qu’on appelle dans le jargon politique, une carpette ou une girouette. Quand on veut être citoyen indépendant, on siège comme indépendant, mais on ne s’amuse pas à trahir ses électeurs en virevoltant dans les autres partis traditionnels. Triste fin pour celui qui était présenté comme un héros citoyen et poil à gratter du collège montois. Que lui a promis le PS cette fois ?

Le communiqué de presse de David Bouillon (Mons en Mieux)
Suite au dernier conseil communal chahuté, le conseiller communal David Bouillon (Mons en Mieux) enverra un communiqué de presse pour dire qu’il quitte la liste Mons en Mieux avant de se rétracter. David Bouillon accusera John Joos d’avoir été la personne derrière le communiqué de presse. John Joos serait donc en train de chercher à couler le navire « Mons en Mieux » pour servir Elio di Rupo. Ce n’est pas la première fois qu’il s’attaque à GLB.

Un pacte MR/PS en Wallonie ?
Selon nos sources, le MR et le PS s’arrangent en coulisses pour régner ensemble sur la Wallonie en 2019. Oubliez le cinéma électoral qui se joue avec le MR qui aimerait renvoyer le PS dans l’opposition. Leur but est simplement de piéger le ptb, le cdh et ecolo. Lors de son interview dans le Grand Oral, Willy Demeyer (PS) n’a pas caché la sympathie qu’il a pour son amie d’enfance Christine Defraigne (MR), celle qui s’est mis à dos une partie du parti. Ce qui pourrait laisser penser une prochaine coalition MR/PS à Liège. A Bruxelles, Didier Reynders ferait n’importe quoi pour devenir le ministre-président de la région bruxelloise. On parle aussi d’un pacte MR/PS à la région bruxelloise et dans plusieurs communes bruxelloises. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle certains ténors cherchent à calmer GLB à Mons. En effet, s’ils parvenaient à renvoyer le PS dans l’opposition dans ce fief socialiste, cela changerait tout.

Un article 1210SJTN

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *