NEO : un projet immobilier controversé au Heysel

Heyzel : le projet Néo c’est aussi la destruction du centre aquatique Océade,  l’abattage de 750 arbres. Un projet pharaonique de près d’un milliard d’euros..pour encore plus de commerces vides et de bureaux vides ? La controverse fait rage…

Vous souhaitez nous aider pour notre enquête sur la transparence du monde politique  ? Employé d’un service public, lanceur d’alerte, graphiste web, juriste, informaticien, fouineur, secrétariat, dessinateur, chacun à sa place chez nous : INSCRIVEZ VOUS ICI

Le projet Néo prévoit la construction sur le plateau du Heyzel, sur des terrains appartenant aux pouvoirs publics entre l’avenue Houba et l’Atomium, d’un grand centre de congrès, d’un complexe hôtelier, d’immeubles de logement (plutôt haut de gamme) et de bureaux ainsi que d’une galerie commerciale et d’un parc de loisir. Mini Europe a échappé de justesse à la démolition, ce qui n’est pas le cas d’Océade dont le bail n’a pas été reconduit. La hauteur de la plupart des immeubles sera supérieure à celle du stade.

La première phase, avec un budget de 800Mio€, se concentre sur la construction de :

– 590 logements répartis en différents blocs et tours ;

– un centre commercial de 81.000m² (soit l’équivalent de City2 et Woluwe shopping center réunis), comprenant 200 boutiques, 30 (!) restaurants et 21 salles de cinéma (incluant Kinepolis qui serait déplacé) et un parking souterrain de 3.600 places ;

– 3.500m² de bureaux

– 2 crèches

– 1 seniorie

– un parc d’attraction.

source : https://tpf.eu/fr/projects/neo-i-europea/

Les promoteurs du projet sont la Ville de Bruxelles et la Région de Bruxelles-Capitale. Elles ont créé à cet effet la SCRL Néo avec un capital de 64 millions d’Euros apporté par la Région pour moitié, la Ville pour 31.996.000 € et l’ASBL Le Parc des Expositions de Bruxelles (4.000€).

L’objet de cette société « l’aménagement et le développement du plateau du Heysel et […] sa gestion opérationnelle. » Elle pourra à cet égard réaliser toutes les opérations, « comprenant notamment : la gestion de tout type de marché public […] en ce compris l’exercice des compétences de pouvoir adjudicataire ; […] effectuer toutes études et prester toutes missions de consultance ; […] constituer des garanties et octroyer des sûretés […] ». (source : Moniteur belge)

Le tract électoral distribué par le PS en mai dernier résume assez bien l’argumentaire des promoteurs (Rudy Vervoort à la Région et Philippe Close à la Ville):

« Projet NEO un pôle de développement humain, économique, commercial, touristique, culturel, de loisirs et de logement avec la création à terme de 3.500 emplois à travers 7ha d’espaces verts »

Oui, mais..

Du côté des opposants, le son de cloche est quelque peu différent.

Notons d’abord que NEO semble faire l’unanimité contre lui : les habitants des différents quartiers proches du Heysel, individuellement ou réunis en comité de quartier, les commerçants (UCM et UNIZO), des syndicats (ACV et CSC), des organisations comme Inter-Environnement Bruxelles, l’ARAU, Bond Beter Leefmilieu, … On peut dès lors se poser la question de la conformité du projet avec l’intérêt général.

Voici les principaux arguments avancés par les opposants dans un communiqué de presse commun publié le 5 mars 2018 , dans une carte blanche ou lors de la réunion de la commission consultative de l’urbanisme.

Economie

En quoi NEO va-t-il apporter une solution aux 140.000m² de surfaces commerciales vides à Bruxelles ?

Les études menées par la grande distribution montrent une désaffection des consommateurs pour les grandes surfaces et une tendance à préférer des petits noyaux avec une identité propre. Comment alors concilier Néo, Docks et UPlace ? Si le centre commercial est un succès, il ne pourra l’être qu’au détriment d’autres centres commerciaux (Basilix, Westland, City II, …). Il n’y aura pas de création d’emplois, seulement des déplacements.

Les opposants font également remarqué que « le moins que l’on puisse dire est que le succès annoncé à Docks avec le même argumentaire (promesse d’enseignes inédites et d’emplois supplémentaires) n’est pas au rendez-vous ».

Mobilité

Le centre commercial avec ses 3.600 places de parking en sous-sol engendrera un trafic automobile supplémentaire considérable. Il est question de 4.500 mouvements de véhicules supplémentaires aux heures de pointes dans un quartier déjà congestionné aujourd’hui. Pour répondre à ce problème, le projet envisage une double liaison autoroutière :

– au Nord, vers le ring … qui est déjà saturé. On comprend alors pourquoi Philippe Close est favorable à son élargissement et la Région se tait dans toutes les langues.

– au Sud, vers l’A12, à travers le Parc de Laeken.

Ne cherchez pas trace de ces deux liaisons autoroutières sur le dessin ci-dessus : l’artiste les a oubliées.

Environnement

Le taux de pollution atmosphérique avenue Houba est déjà régulièrement largement supérieur aux normes acceptables. Ajouter des milliers de voitures rendrait l’air irrespirable.

Le projet nécessite l’abattage de 750 arbres. Ce à quoi, les promoteurs ont répondu, sans rire, lors de la commission de concertation, qu’ils en replantent 272. Dans des  bacs, sur la dalle du centre commercial… Si l’on suit cette logique, les 7ha d’espaces verts cités par le tract électoral mentionné ci-dessus comprennent sans doute les toitures vertes. 

Logements

Les 590 logements prévus ne correspondent pas aux besoins des Bruxellois. Aucun logement social n’est prévu. En outre, aucune école n’est prévue, les promoteurs privés considérant que l’école est un équipement collectif qui relève de la compétence des pouvoirs publics. Fort bien. Mais alors, pourquoi les promoteurs privés prévoient-ils des crèches et une séniorie ? Parce que la petite enfance et la vieillesse sont des marchés commercialement rentables ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *